Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant s'ennuie à l'école tellement il comprend vite

Retour sommaire

L’enfant peut s’ennuyer en classe parce qu’il comprend vite les leçons et répond avec beaucoup de rapidité aux questions et aux exercices. Comme il finit souvent avant les autres élèves, on peut donc le surprendre à penser à autre chose, faire le clown, dire que c’est trop facile et montrer un certain ennui face aux leçons. Ces attitudes caractérisent le comportement de l’enfant dit précoce. Mais attention, car tout enfant qui s’ennuie en classe, ou rêvasse, ne signifie pas que l’enfant en question soit précoce. La précocité intellectuelle, aussi synonyme de surdouement intellectuel, a une définition très précise. Pour parler de précocité intellectuelle, il faut un examen psychologique standardisé des capacités intellectuelles avec le calcul des Quotients Intellectuels (QIs). L’enfant est dit surdoué, ou à haut potentiel, quand son QI est élevé et très nettement supérieur à la moyenne (QI =100). Un QI de 140 est le score recherché pour parler de surdouement, qui définit un niveau de développement intellectuel très supérieur à l’âge réel, alors que le développement affectif et relationnel correspond le plus souvent à l’âge réel. L’enfant précoce peut apparaître en avance sur son âge pour raisonner, réfléchir, alors que sur le plan affectif il fait son âge.

 

Il faut donc qu’il saute une classe ?
Sauter de classe l’aide parfois à moins s’ennuyer car les leçons proposées sont mieux adaptées à son niveau intellectuel et suscitent de la motivation. L'enfant surdoué n'apprend pas de la même manière qu'un enfant normal : il a besoin de plus de choses à apprendre, et de plus de complexité. Il ne suffit pas d'accélérer les cours, il faut aussi lui permettre d'apprendre plus de choses.

 

Est-ce qu’on détecte tôt le surdouement ?
Généralement avant cinq ans, le surdouement intellectuel est difficile à mettre en évidence, du fait de la grande variabilité entre les enfants dans leurs manières de raisonner et de montrer ce que qu’ils savent ou connaissent. Un enfant, choyé par ses parents qui l’entrainent à se cultiver, fréquenter les musées, consulter des encyclopédies, des bibliothèques,sera un enfant cultivé pour un type de savoir et de connaissances mais pas surdoué. Un autre enfant qui dessine très bien, ou qui déjà sait lire ou écrire des mots simples n’est pas forcément surdoué ; il est plus « simplement » enthousiaste pour apprendre et bien motivé.
C’est plus à partir de six ans, quand l’enfant est confronté aux apprentissages de la lecture, l'écriture et le calcul, que l’enseignant peut effectivement observer dans sa classe un élève qui rêvasse ou fait le clown parce qu’il a déjà compris la phrase écrite au tableau ou a déjà réalisé les opérations.

 

Que faut-il faire ?
Prendre contact avec le psychologue scolaire qui proposera des tests de QI.