Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant a du mal à écrire

Retour sommaire

C’est en Grande Section de Maternelle, entre cinq et six ans, que l’enfant entre dans l'apprentissage de l'écriture. D’abord d’une manière qui s’apparente aux dessins de formes géométriques, avec la reproduction de traits, d’angles, de cercles… L’écriture est d’abord en majuscules (« en bâtonnets »). Cette phase est nécessaire et l’on ne doit pas la « brûler » en proposant directement à l’enfant d’écrire en lettres minuscules (en lettres attachées). Entre cinq ans et demi, six ans, la plupart des enfants écrivent en lettres bâtonnets mais arrivent au Cours Préparatoire avec une forte disparité dans le savoir-faire pour écrire en cursive. Cette première année de l’école primaire se caractérise pas une grande diversité dans l’art d’écrire.

 

Un enfant qui dessine mal en maternelle va-t-il avoir du mal à apprendre à écrire ?
Généralement oui pour l’enfant qui entre en Grande Section de Maternelle en éprouvant des difficultés à reproduire des formes géométriques « simples » comme le carré la croix, le triangle. Dans ce cas, il est important d’amener l’enfant à consulter le médecin scolaire afin de décider si une consultation spécialisée dans une structure pluridisciplinaire (type CAMSP) est nécessaire afin d'évaluer si les difficultés en graphisme sont en rapport avec des signes plus globaux d’un retard de maturation psychomotrice, une maladresse plus globale, avec une préférence manuelle pas encore bien installée. Des examens complémentaires seront au besoin envisagés (ophtalmologique), ainsi qu'un éventuel bilan psychomoteur de la motricité fine et globale susceptible d’inaugurer une prise en charge en psychomotricité.

 

Un enfant gaucher a-t-il plus de mal que les enfants droitiers ?
Un peu, au début, mais de manière passagère car la main gauche masque ce qu’il écrit. L’enfant gaucher , au CP, ne voit pas toujours bien ce qu’il écrit car on lui demande de « partir » de la gauche de la feuille et d’aller vers la droite de la feuille (dans le sens de la lecture, essayez si vous êtes droitier d’écrire de la main gauche vous verrez !). Il faut donc un peu de temps pour que l’enfant gaucher trouve une position de la main gauche qui lui permette aussi de voir ce qu’il écrit.

 

Est-ce quand un enfant écrit très mal on parle de dysgraphie ?
Le terme de dysgraphie relève d'un diagnostic posé par un médecin spécialiste. Il répond à des critères bien précis, en particulier, l’âge. Entre six et sept ans, l’enfant qui n’écrit pas bien est un phénomène assez fréquent, et dont l’appréciation est souvent subjective. Au CP, Il existe une grande variabilité entre les enfants. Il y a des enfants qui vont bien écrire à la fin du premier trimestre et d’autres qui auront besoin de plus de temps pour rendre leur écriture (en cursive) conforme aux attentes esthétiques et aux critères pédagogiques d’une « belle ou bonne » écriture. La dysgraphie va donc s’envisager, en cas de difficulté, généralement à partir de sept ans et demi, huit ans. Elle s’associe parfois à des difficultés de repérage dans l’espace, des difficultés constructives et des difficultés dans l’habillage et dans la coordinations de gestes « techniques » ou sportifs.

 

Est-ce qu’il existe des cas où la dysgraphie existe toute seule ?
Oui, car l’apprentissage de l'écriture est complexe et très spécifique et il y a des enfants qui ne dessinent pas si mal que cela mais qui ont des difficultés à tracer les lettres et à les enchaîner pour écrire un mot. Ce phénomène s’observe au CE1 et désoriente tant les enseignants que les parents.

 

Que faire ?
En théorie, il faut attendre la fin du CP et la fin du premier trimestre de CE1. C’est le temps nécessaire pour pratiquer, s’entraîner et automatiser les formules graphiques propres à chaque lettre.
En pratique, si l’enfant a eu des difficultés en maternelle pour dessiner et construire il vaut mieux consulter dès le CP, vers six ans. L’enfant compare ses habiletés aux autres et s’il écrit mal, il peut se trouver complexé et appréhender les situations, même ludiques, où il faut écrire.

 

Qui consulter ?
Commencez par consulter le médecin scolaire (ou le médecin de l'enfant) qui sera à même d'apprécier si une consultation spécialisée et des examens complémentaires sont nécessaires. Dans ce cas, votre enfant sera certainement orienté vers une structure type CMP afin de réaliser un bilan des habiletés motrices « fines » auprès d’un psychomotricien ou d’un ergothérapeute. Un tel bilan pourra au besoin déboucher sur une prise en charge des difficultés