Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant a un trouble de l’Attention avec Hyperactivité (TAD-H)
Retour sommaire
Pour évaluer les désordres de l’attention chez les enfants, les professionnels distinguent trois grands types d’attention :
- L’attention soutenue, appelée encore concentration ou vigilance, qui est la capacité à maintenir son tonus mental, ou vivacité d’esprit, un long moment sur une même activité.
- L’attention sélective qui définit la capacité à rehausser l’information prioritaire et inhiber les sources de distraction.
- L’attention divisée qui est la capacité à faire deux choses en même temps.
L’enfant qui manque d’attention aura dans sa journée des chutes de vigilance et aura l’esprit ailleurs si l’activité proposée en classe dure trop longtemps. Il est aussi distractible. Il porte facilement ses yeux ou ses oreilles sur des stimulations de son environnement visuel et sonore. Il filtre mal les informations de son environnement. Il ne sait pas accorder la priorité aux informations importantes et inhiber celles qui sont accessoires. L’enfant qui manque d’attention, papillonne volontiers d’une activité à une autre, il mène rarement un jeu ou une activité jusqu’au bout. Il coupe la parole aux autres, son travail scolaire est « brouillon », il a du mal à attendre son tour. Il ne vérifie pas au fur et à mesure de son travail et a du mal à organiser des jeux avec ses amis et peut mettre beaucoup de temps pour se préparer le matin à aller à l’école.



Quels sont les critères diagnostiques ?
Le diagnostic de syndrome TDA-H repose sur la présence de six symptômes suivants d’inattention persistant pendant au moins six mois, à un degré qui est inadapté et ne correspond pas au niveau de développement de l’enfant :
- souvent, ne parvient pas à prêter attention aux détails ou fait des fautes d’étourderie,
- a souvent du mal à soutenir son attention au travail ou dans les jeux,
- semble souvent ne pas écouter quand on lui parle,
- souvent, ne se conforme pas aux consignes et ne parvient pas à mener à terme ses devoirs scolaires, ses tâches domestiques,
- a souvent du mal à organiser ses travaux ou activités,
- fait à contrecœur les tâches qui nécessitent un effort mental soutenu,
- perd souvent les objets nécessaires à son travail ou à ses activités,
- se laisse souvent distraire par des stimuli externes et ambiants,
- a des oublis fréquents dans la vie quotidienne.

Ce diagnostic repose aussi sur la présence de six des symptômes d’hyperactivité-impulsivité persistant depuis six mois, à un degré qui est inadapté et ne correspond pas au niveau de développement de l’enfant :
Hyperactivité
- remue souvent les mains ou les pieds, ou se tortille sur son siège,
- se lève souvent en classe ou dans d’autres situations où il est supposé rester assis.
- court, grimpe souvent partout,
- a du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou les activités de loisir,
- est souvent sur « la brèche » ou agit comme s’il était monté sur ressorts,
- parle souvent trop.
Impulsivité
- laisse souvent échapper la réponse à une question pas entièrement posée,
- a du mal à attendre son tour,
- interrompt souvent les autres, ou impose sa présence.

Il existe plusieurs types de syndromes TDA-H en fonction des critères diagnostiques ; un déficit de l’attention/hyperactivité avec inattention prédominante ou un déficit de l’attention/hyperactivité avec hyperactivité-impulsivité prédominante.


Le diagnostic : sur quels examens ?
Le diagnostic de syndrome TDA-H nécessite plusieurs examens spécialisés :
- Un bilan ophtalmologique.
- Un bilan psychologique : tests de QI.
- Un bilan neuropsychologique ; tests d’attention.
- Un examen médical neuropédiatrique ou pédopsychiatrique : pour rechercher aussi les causes et/ou les éventuels troubles associés :

  • un syndrome neurogénétique,
  • une épilepsie,
  • un traumatisme crânien,
  • une dyspraxie visuo-spatiale,
  • des troubles des conduites,
  • des troubles réactionnels de l’attachement.


Quelles prises en charge et quels types d’aménagements scolaires ?
- Un traitement (Ritaline®, Concerta®) par méthylphénidate. Le méthylphénidate est un stimulant du système nerveux central. Sa prescription est réservée aux spécialistes et/ou services spécialisés en neurologie, psychiatrie et pédiatrie. Inscrit sur la liste des stupéfiants.
- Prises en charge neuropsychologique : Depuis l’arrivée des psychologues spécialisés en neuropsychologie, on dispose maintenant de professionnels qui peuvent évaluer et prendre en charge les troubles de l’attention d’origine neurobiologique. Ces professionnels exercent le plus souvent dans des structures neurologiques ou neuropédiatriques (services hospitaliers, centres de réadaptations fonctionnelles).
- Prise en charge en psychomotricité, (relaxation, auto-contrôle).
- Des aménagements scolaires avec une aide individualisée (AVS) pour simplifier les consignes, réduire les sources de distraction (ex : un énoncé par feuille à lire plutoôt que quatre ou cinq…) et pour aider l’enfant dans les exercices qui nécessitent de prendre son temps pour planifier, résoudre des problèmes déductifs et s’organiser dans le déroulement des exercices.
- Le contact avec les associations :
www.tdah-france.fr