Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant a un Trouble d’Acquisition de la Coordination (TAC)
Retour sommaire

Le TAC est appelé encore « trouble spécifique du développement de la fonction motrice ». Il témoigne d’un trouble de la réalisation des mouvements volontaires. La maladresse est au premier plan, à la maison, dans les activités de loisir, à l’école. Elle s’observe quand le contrôle des gestes est sollicité dans les activités manuelles qui nécessite une coordination entre les mains, entre l’œil et la main (coloriage, collage de gommettes…). Les gestes manquent de précision et de minutie. Dès la maternelle, les difficultés s’observent lors des activités de construction, puzzles, pour dessiner et écrire.

 

Quels sont les critères de diagnostic ?
Le diagnostic de trouble de l’acquisition de la coordination (TAC) repose sur des critères diagnostiques précis:
- Les performances dans les activités quotidiennes nécessitant une bonne coordination motrice sont nettement au-dessous du niveau escompté compte tenu de l’âge chronologique du sujet et de son niveau intellectuel.
- La perturbation décrite dans le critère précédent interfère de façon significative sur la réussite scolaire ou les activités de la vie courante.

 

Le diagnostic : sur quels types d’examens ?
Le diagnostic de TAC nécessite plusieurs examens spécialisés :
- Un bilan ophtalmologique et parfois orthoptique.
- Un bilan psychologique.
- Un bilan psychomoteur et/ou ergothérapique.
- Un examen médical neuropédiatrique pour rechercher aussi les causes et/ou les éventuels signes associés :

  • un retard psychomoteur pendant la première enfance,
  • une Infirmité Motrice Cérébrale,
  • des Séquelles d’hémiplégie droite néonatale,
  • une prématurité,
  • un syndrome neurogénétique identifié comme le syndrome de Williams-Buren,
  • certaines formes d’épilepsie de l’enfant.

 

Quelles prises en charge et quels types d’aménagements scolaires ?
- Une prise en charge ergothérapique. S’il n’y a pas d’ergothérapeute : une prise en charge en psychomotricité fine par un(e) psychomotricien(ne).
- Des aménagements scolaires :
- Pour les problèmes d’écriture : ordinateur ou écriture en lettres majuscules tolérées.
- Pour les problèmes d’autonomie dans la vie scolaire : le recours à un élève tuteur ou une AVS (pour aider l’enfant avec TAC à l’utiliser divers objets courants (ouvrir une trousse, ustensiles de repas au moment de la cantine,…)
- Le contact avec les associations :
www.dyspraxie.org

www.dyspraxie.info
www.123dys.fr
www.dyspraxie.free.fr