Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant a un retard de parole et d'articulation
Retour sommaire

Les difficultés de langage oral et de parole sont multiples car le développement du langage oral se décrit sous de nombreux axes. Le retard de parole et de langage définit un retard de maturation des différents « niveaux » opérationnels de langage. Il est repéré dès trois ans et régresse bien sous l’effet de la prise en charge orthophonique. Le retard décrit une immaturité ou délai dans le développement ordinaire d’un ou de plusieurs aspects du langage oral. Le retard peut porter sur l'articulation de la parole : le nasonnement ou le chuintement de certains phonèmes, ou/et la difficulté à utiliser les phonèmes normalement acquis à l’âge de l'enfant. Le retard de parole et de l’articulation se repère chez l’enfant dès les années de maternelle. Il peut porter sur :
- Le niveau phonétique-articulatoire ; Les mots sont mal prononcés : les difficultés portent sur les phonèmes, (les voyelles et les consonnes qui possèdent des particularités articulatoires d’ordre physiologique (vibration ou non des cordes vocales, fermeture ou non du passage de l'air, et la position de la langue dans l'espace buccal…). Par exemple, /p/ et /b/ sont deux consonnes occlusives et bi-labiales qui s'opposent par leur sonorité, une étant sourde et l'autre sonore.
- Le niveau phonémique ; les phonèmes sont bien articulés isolément et doivent être coordonnés à d’autre pour former une enveloppe phonologique spécifique au mot (« voiture » –> /watyR/)

 

Quels sont les critères de diagnostic ?
- Incapacité à utiliser les phonèmes normalement acquis à chaque stade de développement, compte tenu de l’âge et de la langue du sujet.
- La difficulté dans la production des phonèmes interfèrent avec la réussite scolaire ou avec la communication sociale.
- S’il existe un retard mental, un déficit moteur ou/et sensoriel, ou une carence de l’environnement, les difficultés verbales dépassent celles associées à ces conditions.

 

Le diagnostic : sur quels examens ?
Le diagnostic de retard de parole et de l’articulation nécessite plusieurs examens spécialisés :
- Un bilan ORL et de l’audition.
- Un bilan psychologique : tests de QI verbal et non verbal.
- Un bilan orthophonique.
- Un examen médical neuropédiatrique pour rechercher les causes et/ou les éventuels problèmes associés :

  • une surdité,
  • des otites à répétition pendant la petite enfance,
  • une hypotonie bucco-faciale,
  • un éventuel épisode « régressif » du langage oral : comme dans le syndrome de Landau-Kleffner qui est une forme de syndrome épileptique qui débute pendant l’enfance et se manifeste par une « perte » de la compréhension de la parole, comme dans Le Trouble Envahissant du développement et l’autisme où « l’arrêt du langage s’accompagne d’un repli sur soi et d’un isolement social vers dix-huit mois.

 

Quelles prises en charge et quels aménagements scolaires pour la maternelle ?
- Une prise en charge orthophonique.
- Des aménagements scolaires pour les problèmes de compréhension des consignes orales.
- Le recours éventuel à des méthodes visuelles augmentatives (PECS, pictogrammes).
- Le contact auprès des Associations :
www.dysphasie.org
www.ffdys.com
www.dysphasieplus.com

 

Quelles sont les répercussions au moment du CP ?
Comme le retard de parole est diagnostiqué en maternelle et régresse bien sous les effets de la prise en charge orthophonique, il n’y a pas de conséquences sur les apprentissages de la lecture, de l’écriture et du calcul au moment du CP.