Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant est précoce, surdoué.
Retour sommaire

Le terme de précocité est identique à celui de surdouement. Seuls des examens psychologiques standardisés avec le calcul des Quotients Intellectuels (QIs) permettent de dire si l’enfant est surdoué (ou dispose d’un haut potentiel). Le QI doit être supérieur à 125 voire plus encore 140. Un enfant est dit surdoué quand il a un rythme de développement intellectuel très supérieur à celui normal de son âge, alors que son développement affectif et relationnel correspond aux normes de son âge réel. Cette différence de croissance entre ces composantes de sa personnalité (appelée « dyssynchronie ») le rend très différent des autres enfants, et oblige à des mesures d'éducation adaptées. L’enfant « précoce » comprend vite les consignes et répond avec beaucoup de rapidité aux questions et aux exercices. Il finit souvent avant les autres élèves. Cette facilité pour apprendre, retenir et restituer fait que l’enfant surdoué risque vite de s’ennuyer en classe. L'enfant surdoué n'apprend pas de la même manière qu'un enfant normal : il a besoin de plus de stimuli, et de plus de complexité. Il lui faudra donc une éducation à la fois plus rapide et plus complète : il ne suffit pas d'accélérer les cours, il faut aussi lui permettre d'apprendre plus de choses. Et les informations devront lui être présentées différemment pour répondre à son besoin de complexité. Si sur le plan intellectuel, l’enfant surdoué fait plus mature que son âge il n’en est pas de même sur le plan affectif. Ses émotions sont bien en rapport avec son âge véritable et créé ainsi un décalage dans la personnalité (tiraillée entre le côté « adulte » de son intellect et le côté affectif d’un enfant avec les désirs propres à l’enfance).

 

Quels sont les critères de diagnostic ?
Le diagnostic de surdouement repose sur les critères suivants :
- Un QI nettement supérieur à la normal évalué aux tests standardisés de Qis.
- Une hypersensibilité.
- Une très grande curiosité intellectuelle.
- Une impression d’ennui.
- Un sentiment d'être différent des autres.

 

Le diagnostic : sur quels examens ?
Le diagnostic de surdouement nécessite deux examens (au moins) spécialisés :
-Un bilan psychologique : tests de QI verbal et non verbal.
- Un examen médical pédopsychiatrique : pour rechercher aussi les signes tels que
- une anxiété sociale et estime de soi dévalorisée,
- une instabilité et troubles de l’attention,
- une introversion,.


Quelles prises en charge et quels types d’aménagements scolaires ?
- Etablissements scolaires (enseignement public et privé) dans lesquels il y a une classe d’enfants dits « précoces ou à haut potentiel».
- Sauts de classe.
- Soutien psychothérapique.
- Le contact avec les associations :
www.douance.org

www.enfants-haut-potentiel.com

www.afep.asso.fr