Posez votre question

Vous souhaitez obtenir plus de renseignements sur nos outils ou toute autre information.

Mon enfant a une dysphasie

Retour sommaire

La dysphasie est encore appelée trouble spécifique d'acquisition du langage oral. La dysphasie définit une altération plus sévère et durable du fonctionnement du langage oral qui persiste souvent après six ans. Ce trouble complexe et durable du développement du langage consiste en une difficulté persistante à comprendre le langage oral (dysphasie de type réceptif) et/ou à exprimer le langage oral (dysphasie de type expressif).
Le type expressif se caractérise par la difficulté à développer une expression orale alors que la compréhension orale est intacte. L'articulation est « immature », le vocabulaire est pauvre et les phrases ont un aspect agrammatique et télégraphique.
Le type mixte réceptif-expressif se caractérise par une difficulté à comprendre qui s’associe à des difficultés d’expression orale. Soit la perception sensorielle, soit la « reconnaissance », soit encore l'« intégration cognitive » des sons de la parole, est altérée. L’enfant dysphasique s’exprime le plus souvent d’une manière « économique » dans un style télégraphique et agrammatique. Pour aider l’enfant dysphasique à faire des phrases, les orthophonistes ont recours aux supports visuels (un jeton rouge peut symboliser l’article, par exemple). A l’école, l’enfant dysphasique a besoin d’une aide individualisée. L’AVS est recommandée. Comme beaucoup d’enseignements « passent » par le langage, les supports visuels sont de premières nécessités. (voir le Livret de suivi de l’élève )

 

Quels sont les critères de diagnostic ?
Le diagnostic de dysphasie repose sur les critères suivants :
- Les scores obtenus aux épreuves standardisées de langage qui évaluent l'expression orale sont « nettement en dessous » de ceux obtenus à des épreuves non-verbales et aux épreuves de compréhension du langage oral.
-Les scores obtenus aux épreuves standardisées de compréhension orale et d'expression orale sont « nettement en dessous » de ceux obtenus aux épreuves d'intelligence non verbale.
- Le vocabulaire est restreint avec difficultés à trouver les mots (anomie).
- Des difficultés à construire des phrases d’une longueur et complexité qui correspondent à l’âge de l'enfant.
- Les difficultés d’expression interfèrent avec la réussite scolaire et avec la communication sociale.
- Les difficultés de communication sont limitées au langage oral (pas de trouble global de la communication).
- S’il existe un retard mental, un déficit moteur ou/et sensoriel, ou une carence de l’environnement, les difficultés verbales dépassent celles associées à ces conditions.

 

Le diagnostic : sur quels examens ?
Le diagnostic de retard de parole et de l’articulation nécessite plusieurs examens spécialisés :
- Un bilan ORL et de l’audition.
- Un bilan psychologique : tests de QI verbal et non verbal.
- Un bilan orthophonique.
- Un examen médical neuropédiatrique pour rechercher aussi les causes et/ou les éventuels problèmes associés :

  • une surdité,
  • des otites à répétition pendant la petite enfance,
  • une hypotonie bucco-faciale,
  • un épisode « régressif »: comme dans le Syndrome de Landau-Kleffner qui est une forme de syndrome épileptique qui débute pendant l’enfance et se manifeste par une « perte » de la compréhension de la parole, comme dans le Trouble Envahissant du Développement et l’autisme où « l’arrêt » du langage s’accompagne d’un repli sur soi et d’un isolement social vers dix-huit mois ;
  • des pathologies neurologiques reconnues (épilepsie, hydrocéphalie, traumatisme crânien, AVC, tumeur cérébrale).

 

Quelles prises en charge et quels types d’aménagements scolaires ?
- Une prise en charge orthophonique.
- Des aménagements scolaires : pour les problèmes de compréhension des consignes orales : voir le Livret de suivi de l’élève présentant des troubles spécifiques des apprentissages à télécharger à l’adresse www.ac-orleans-tours.fr/ia37/
- Pour des difficultés d’acquisition de la lecture et de l’orthographe : envisager la méthode mimo-gestuelle créée par Borel-Maisonny.
- Le recours à des méthodes visuelles augmentatives (PECS, pictogrammes).
- Le contact avec les associations :
www.dysphasie.org

www.ffdys.com

www.dysphasieplus.com